L'Excellence industrielle

17. sept., 2012

 Les sites de production sont soumis à de nombreuses contraintes les obligeant à définir une stratégie et politique industrielle :

  Les sites sont bien souvent isolés des fonctions supports et des directions générales

Localisés sur les zones facilitant l'accès aux matières premières et la logistique de produits finis, ces entités de production sont des outils industriels devant démontrer leur rentabilité auprès des sièges sociaux (reporting financier) accroître leur aptitude à maîtriser voir diminuer les coûts de production

 Pour les entreprises multisites, une certaine concurrence inter-sites existe, chacun recherchant la charge de production nécessaire au maintien voire la survie du site. Dans ce sens, certaines usines se positionnent comme "pilotes" pour la pré-industrialisation des nouveaux produits au service de la R & D, espérant récupérer par la suite, le volume de production consécutif à la croissance d'un marché porteur…

 D'autres concentrent leur production sur quelques produits "phares" pour devenir une usine spécifique mono-produits ou multi-produits. Cette orientation permet l'optimisation des équipements de production et l'aspiration des volumes correspondants. Leur réseau de sous-traitance et de fournisseurs se perfectionne.

Dans tous les cas, ces sites de production vont devoir justifier "leur raison d'être"]

 Des sites en mutation permamente.

L'innovation, l'optimisation des outils, la recherche d'un plus grand profit conduisent les entités de production à repenser l'outil de travail et son organisation. Les nouveaux investissements, la reconfiguration des ateliers conduisent au problème de l'adaptation des compétences aux postes de travail. Il faut "renforcer sa capacité d'adaptation"

Des sites soumis aux contraintes réglementaires.

L'harmonisation des législations impose aux unités de production une meilleure maîtrise de leurs risques Q, H, S, E. Il faut "sécuriser" le sitevis à vis de son personnel, de ses actionnaires, de sa direction générale, de ses clients,….

En un mot, "Inspirer la confiance"

 Des sites soumis aux contraintes de l'emploi

Localisées dans des bassins d'emploi à faible main d'œuvre, soumises aux difficultés de recrutement par manque de compétences en région ou par concurrence à l'embauche, les unités de production doivent rester (ou  devenir) attractives pour l'offreur de compétences. Adapter, attirer les compétences, garder ses compétences sera plus difficile dans les années à venir, compte tenu du décrochage de la pyramide des âges. Attention aux "papys boomers", il faudra "Séduire et "Capitaliser le savoir" !

Des sites sensibles à la mondialisation

Travailler au plus près des marchés internationaux, réduire les coûts de production, les coûts de transport, conduisent aux délocalisations des activités de production. Il faut : "Survivre"

  Des sites sous la contrainte des politiques sociales

La mise en place des 35 heures n'induit pas obligatoirement une relation de cause à effet en matière d'embauche.

Autrement dit, un poste "vaqué" n'équivaut pas à un poste "recruté"

Les sites doivent gérer le difficile équilibre entre les coûts de la main d'œuvre et les coûts de production.A effectif quasiment constant, il faut "optimiser les compétences". A cette orientation politique, s'ajoute la pression syndicale et la refonte des systèmes de la formation continue.

"La formation continue" en continu pour tous et notamment les populations à faible niveau de qualification "garantir l'employabilité des personnes" en interne comme en externe, voilà une autre considération à prendre en compte.

 Des sites de production sous la contrainte des marchés

Produire au plus juste pour conserver ses marges, répondre à des commandes avec des délais de plus en plus courts , l’entreprise devra travailler pour

 "être réactive".

 

 

Dans cet environnement bouillonnant, quelles trajectoires prendre ?

Sur quelles ficelles faut-il tirer pour trouver les réponses ?

Il faut définir un cap, et mobiliser les ressources autour d'une politique industrielle.

Celle-ci peut être construire et mise en œuvre sur le concept de :

 

 

"L'excellence industrielle"

 

 

  1. I.       L'excellence industrielle

On peut la définir comme étant l'aptitude d'un site de production à satisfaire simultanément :

Ses clients internes et externes

 Ses actionnaires

Ses collaborateurs

   L'excellence industrielle doit reposer sur les 3 richesses d'une unité de production :

 Ses produits

Ses process

 Ses personnes

le concept des 3 P

Bon nombre d'entreprises développent des actions démarches ou outils sur tout ou partie de ces richesses (3P)

Maîtrise des processus de production (process)

Formations diplômantes ou qualifiantes (personnel)

TPM, SMED, 5S, TRS (process)

Amélioration continue et maîtrise des coûts (produits)

 Différenciation retardée (produits)

 Kanban, Juste-à-Temps, Value Stream Mapping  HOSHIN (process)

 Ilots de production, équipes autonomes (personnel)

 …

 Autant de projets qui mobilisent énergie et compétences !

Mais comment donner du sens à tout ça ? doit-on faire feu sur tous les gisements de performances au risque de fatiguer son potentiel humain ?

Le concept de "L"excellence industrielle" permet de fédérer les énergies et les projets autour d'une cible commune.

La politique industrielle choisie, partagée et diffusée sera le chef d'orchestre des différents acteurs.

 

  1. II.       Comment définir sa politique industrielle ?

Une stratégie industrielle s'appuie sur des observations, des tendances et des éléments mesurables. Les orientations choisies, traduites en axes stratégiques, affectés d'objectifs quantifiés à atteindre ,  constitueront la politique industrielle. Celle-ci sera dosée en fonction des ressources allouées et pourra être déclinée sur plusieurs années.

Le recueil d'informations doit être la clé d'entrée dans ‘’l'Excellence Industrielle".

 L'analyse des informations et des données déterminera la valeur des gisements de performance identifiés et permettra de concentrer les ressources en conséquence.

Les 3 richesses d'un site industriel étant intimement liées,

Il serait recommandé d'équilibrer la politique industrielle en choisissant des axes et objectifs complémentaires sur les 3 P.

 

  1. III.       Le recueil, l'analyse et le traitement des informations pour l'Excellence industrielle

Il s'agit de diagnostiquer l'entreprise et son organisation afin d'en retirer les principaux axes de la politique industrielle.

Une première approche pourra être faite sur la base des 3 P

 

PRODUITS

PROCESS

PERSONNEL

Exigences clients

Nombre de références

Courbe de vie des produits

Coût de revient

Marge / coût de production

 Pertes matières

Produits non conformes

Achats matières premières

 Sélection et suivi des fournisseurs

 Planification et ordonnancement de la production

 Spécifications des produits

 Typologie des lignes de production

 Temps de cycle

 Temps de changement de format, produits

 Efficience

TRS et disponibilité machine

 Temps de pannes

 Maintenance 1er niveau et maintenance préventive

 Analyse des flux, produits, matières

 Etat des équipements

 Plan investissement

 Environnement de travail

 Pyramide des âges

 Turn-over

 Tableaux des compétences

 Degré de polyvalence et de poly compétence

 Politique salariale

 Politique formation

 Emplois temporaires

 Formation initiale

 Bassin d'emploi

 Ancienneté

 Evolution des métiers à moyen terme

 Organigrammes

 Mode de management

 Degré de responsabilité

 

Une autre approche pourra croiser et compléter la première : celle des 7 M

 Main-d'œuvre

 Matériel

 Milieu

 Méthodes

 Matières

 Maintenance

 Management

En absence d'informations, certains indicateurs devront être mis en place afin de disposer d'un historique de site.

 En complément, un auto diagnostic de la situation du site pourra être envisagé auprès des cadres, agents de maîtrise voire opérateurs. Les questions suivantes pourront servir de base à la réflexion :

  1. Que signifie pour nous l'excellence industrielle ?
  2. Sur quoi se base-t-on pour dire que nous sommes performants ?
  3. Qu'est-ce qui nous fait dire que nous ne sommes pas performants ?
  4. Que faudrait-il faire pour être dans l'excellence industrielle ?
  5. Avons-nous déjà repéré des gisements de performance ?
  6. Quels freins peut-on rencontrer dans l'amélioration de la performance industrielle ?

Une animation de la réflexion avec l'outil "métaplan" pourra canaliser les discussions et permettre l'ébauche de la politique industrielle et de son plan directeur.

 

  1. IV.       Le choix des actions de l'excellence industrielle :

L'analyse et la mesure étant réalisées, il convient alors de choisir les méthodes et outils les plus opportuns en fonction des gisements de performance identifiés et de la situation de l'entreprise.

Pour y parvenir, une première clé d'entrée peut être la vision du responsable de site à moyen terme :

 

VISION CIBLE

OUTILS ET DEMARCHES

Des coûts de production maîtrisés voire diminués

 Démarche qualité

 Amélioration continue

 Maîtrise des processus

 Analyse des flux et VSM

 Assurance qualité fournisseur

 Différenciation retardée

 Kanban

JAT

Une capacité d'adaptation renforcée "Maintenir et garantir l'employabilité"

 La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences

 Formation et développement des compétences

 Parcours de professionnalisation

Tutorat interne

  1. "Inspirer la confiance et sécuriser le site"

 Démarche qualité et certification

Management des risques, Q, H, SE

 HACCP et analyse des risques

"Séduire en 2006 et capitaliser le savoir"

 Politique salariale

 GPEC et politique de formation

 Dispositifs diplômants et/ou qualifiants

 Tutorat interne

 Politique managériale

"Optimiser les compétences pour une meilleure productivité"

 Polyvalence, poly compétence

 Responsabilité

 Equipes autonomes

 TRS et réduction des arrêts programmés

 Efficience

 SMED

 5S

 TPM et Maintenance 1er niveau

 HOSHIN

 KAIZEN

Etre réactif

 TRS

 Kanban

JAT

 Différenciation retardée

 TPM et maintenance préventive

 Polyvalence et poly-compétence

 

Une seconde clé d'entrée consistera à mixer les actions sur les 3 richesses de l'entreprise.

 

PRODUITS

DEMARCHE ET OUTILS

  Respect des exigences clients

  Réduction des coûts de revient

 Démarche qualité

 Amélioration continue

 KAIZEN

 Assurance qualité fournisseurs

 Méthode et résolution de problèmes

 Analyse des flux et VSM

 HOSHIN

  Optimisation des références

 Différenciation retardée

 Ordonnancement et planification :"vers le zéro stock"

 Kanban, JAT

 

PROCESS

DEMARCHE ET OUTILS

  Réduction des temps de cycle

  Réduction des temps d'arrêt programmés

  Amélioration de l'efficience

  Amélioration de la disponibilité des équipements

 VSM, analyse des flux

 SMED

 Equipes autonomes

 TPM, Maintenance 1er Niveau

 Formation aux Métiers

 TPM, Maintenance Préventive

 TRS

 Maîtrise des processus

 Amélioration de l'environnement des zones de production

 5S

 Système  Management Environnement (SME)

 Système Management Sécurité (SMS)

 

PERSONNEL

DEMARCHES ET OUTILS

  Anticipation des départs

 Tutorat interne

 Capitalisation et transfert de savoir

 Formation aux métiers

  Réduction du turn-over

 "Attractivité du site"

  Professionnalisation des personnes

 Management

 Politique sociale et salariale

Dispositif diplômant et qualifiant

Polyvalence et poly compétence

Parcours de professionnalisation

  Adaptation des compétences

 GPEC et cartographie des métiers

 Dispositifs de formations techniques

 Passerelles métiers

 Assessment

 

Les axes stratégiques de la politique industrielle étant choisis, les moyens techniques (démarches et outils choisis) financiers et humains accompagneront le déploiement de la politique "Excellence industrielle".

 

"Le Système de Management de la Performance Industrielle"

S.M.P.I.

L'atteinte des objectifs et son amélioration permanente devra faire l'objet d'une revue de direction, comme tout système d'organisation.